avril 2017
L Ma Me J V S D
« fév   juin »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

compteur

Catégories

Search

LA ”MENDICITÉ” PRIVÉE DANS LE PUBLIC.

avril 18th, 2017 by educsociete

 image172.jpg

Les petits mendiants des artères des grandes agglomérations urbaines, l’éternel pot de tomate évidé à la main recevant l’obole, seraient-ils les boucs-émissaires d’une pratique juteuse reprouvée, mais très répandue sous des formes diverses : la mendicité ? Un fait le laisse croire. C’est la saturation sur les bureaux des services publics comme privés des cartes ou lettres intempestives de demande de soutien aux manifestations de toutes sortes : publiques ou privées, laïques ou religieux, des plus anodines même.

Tendre la main de l’indigence ou de l’espérance pour recevoir la pitance du matin ou du soir est socialement reconnu : « Dieu reconnait et rétribue les actions qui lui sont destinées en vrai ». Mais, ce que des enseignants à la retraite ont fini par formaliser comme obligation générale sous le couvert de leur structure scolaire privée, est tout autre chose qu’un renouvellement annuel d’allégeance confrérique (‘’ ziara’’ annuelle). Écumer les lycées par des demandes insistantes de soutien exigé pour effectuer une (sa) ‘’ziara’’ annuelle, cette forme de quête inconsidérée, presque mercantile, de lobbies religieux, dans l’unique intérêt de son école n’est ni plus ni moins que de la mendicité normalisée.

Mérite indifférence, une école privée qui inclut dans ses dépenses ordinaires les soutiens aux ‘’dahiras’’ ou aux ‘’ziaras’’. Cependant, si elle passe outre mesure à faire du porte - à - porte dans les établissements publics pour racoler, cela devient de la mendicité : cette solution de facilité, ‘’la clef passe - partout ‘’. La morale qui rejette la mendicité chez des enfants en situations difficiles, doit – elle l’admettre chez des adultes profiteurs ? L’école, creuset des valeurs éthiques, ne fait pas dans la libéralité au risque de préférer la marginalité à la normalité. Ce que récuse la sagesse ; ce que refusent les sages.

Kocc Barma, vivant, refuserait d’associer son nom à des pratiques peu élogieuses. Mieux, il aurait marqué symboliquement son refus par une touffe de cheveux supplémentaire pour édifier la population.

mailto:diakitdian@yahoo.fr

Posted in Uncategorized | Réagir »


Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 51 articles | blog Gratuit | Abus?