février 2017
L Ma Me J V S D
« jan   avr »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728  

compteur

Catégories

Search

CE QUE DIT L’ELEVE DE SON MAITRE PAR INDULGENCE.

février 13th, 2017 by educsociete

 ddk-001.jpg

« […] Ce mini travail de recherche effectué par ses élèves souleva d’honneur le  cœur de Tacite. II organisa à  leur intention  une collation étendue au reste  de la classe.  Les élèves s’épanouirent dans une atmosphère de fête,   remercièrent leur maître de sa gentillesse  et lui  exprimèrent  leur souhait de participer à d’autres études encore. Dany en eut une gaité de cœur en refermant La Fourmilière ».

Par un autre moment il l’ouvrit : « […] Les enfants sont adorables parce que tout  naturels. Les adultes sont spécieux parce que artificieux dans l’âme. De leur  jugement immaculé, les enfants appréhendent un monde sans tâche. Lumière, ils chassent de leur environ les ombres obscures émanant  des constructions sociales abjectes  des adultes. Sans mentir, ils se dévoilent. Sans précautions, ils se  laissent  prendre aux jeux. Volontaristes, ils se montrent  spontanés et gais. A la limite, ils ne s’embourbent pas de paradoxe pour manifester  leur égo : ils aiment ou n’aiment pas ; ils veulent ou ne veulent pas ; ils acceptent ou n’acceptent pas… Les codes de conduite   étriqués des adultes les dégoutent même. Ceux – là usent à volonté de facéties, de masques caractériels, de façade morale, de subtilité langagière pour voiler leur impertinence en faisant baisser un  rideau de fer sur leur cœur de forge. A l’opposé, de cœur, les enfants l’ont simple. Tacite, comme d’autres, en  a  pu juger dans sa carrière d’enseignant. Lui, qui n’a jamais perdu l’heureuse estime de ses élèves,  expression de leur  indulgence  collective  ou  individuelle, année après année, moulée souvent dans des  textes de leur construction à la pareille:

« Bonjour Monsieur,
C’est nous tes élèves. Nous te souhaitons une bonne fête de Noël à toi et à ta famille. Tu nous prends comme tes propres enfants. Tu es très gentil et c’est pour ça que nous avons écrit  cette lettre pour te dire combien nous sommes fiers  de toi».

Étant de la société, les enfants  aiment communiquer pour  s’ouvrir au monde et  à leur environnement immédiat. Ils veulent   exprimer leurs  ressentiments.  Naturellement, ils le font ;   à l’oral ou à l’écrit s’ils le peuvent. C’est là qu’il faut chercher la  raison de leur  lettre   à Tacite, leur maître. Elle  a  le mérite de poser la question de la socio-affectivité en milieu de travail. Le lien qui unit l’élève à son maître est corrélativement le même qui rassemble les personnels d’un même service. Il se décline de manière  triangulaire en termes de demande  exprimée  par un corps social; de tâche à exécuter pour satisfaire cette  demande;  et d’opérateur  pour mener à bien cette  tâche. En milieu scolaire le besoin de l’élève est psychopédagogique et   socio-affective.  La tâche demandée est une action éducative aux moyens des enseignements-apprentissages veloutés de charges socio-affectives réelles. Cette tâche est dévolue à l’enseignant appelé à le dérouler de façon managériale de sorte que la relation enseignant / enseigné permette à l’élève de s’épanouir.   Donc, satisfait de leur maître, les enfants se sont fait une exigence de le lui témoigner : l’élève est indulgent par nature à l’égard de son maître. L’indulgence est le lien d’or sur lequel se fonde l’aura du maître à penser. Cela, Socrate  le sait. Candide  l’a vécu. Jacques le fataliste en a fait les frais.  Achevant  ces lignes,  Dany hocha la tête et referma La Fourmilière. »

SUIVEZ…  sur educsociete.blogvie.com : Les maîtres à penser, maîtres des jeux possibles.

Posted in Uncategorized | Réagir »


Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 51 articles | blog Gratuit | Abus?